L’explosion du volume de données disponibles change la façon dont l’acquisition et le contrôle des connaissances doit s'effectuer en entreprise. Le travail de présentation de données agrégées s’intensifie aussi.

Traitement de l'information : un usage plus pregnant des outils non traditionnels

La gestion de l’information a pris beaucoup de valeurs dans l’entreprise, et jusqu’aux institutions étatiques qui ont pour certaines nommé des Chief Data Officer (en France et aux Etats-Unis). Une étude de LexisNexis Business Information Solutions résume l’importance de la gestion de l’information du point de vue des managers en partant du principe que le contenu est la matière première du XXIème. Savoir y accéder et le formaliser sont les avantages comparatifs de l’époque. Le temps pour trouver de l’information baisse et certaines tâches traditionnelles vont devoir changer de nature pour ordonner avec sens du contenu produit à une vitesse encore jamais atteinte auparavant.

Ainsi, les retours des professionnels de l’information européens – interrogés pour l’enquête – concernant les différents types d’outils utilisés pour récupérer de l’information témoignent des changements récents. Ces cinq dernières années, la messagerie instantanée, les blogs et les réseaux en ligne ont en effet connu une augmentation de plus de 100% de leur utilisation comme moyen d’accès à l’information – pour les personnes interrogées. De même, plus proche de la veille que de la simple consultation en ce qu’il permet d’automatiser l’accès à des sources d’informations, l’usage de flux RSS aurait doublé de volume d’utilisation.

L’étude insiste également sur le fait que l'accélération de la vitesse d’information rend la pratique de la gestion de données de plus en plus difficile, le volume d’information étant difficile à contrôler. La synthèse d’information devient donc une étape nécessaire après celle de la récupération de données et tente également de prendre le contrepied des modèles traditionnels. Par exemple, afin de gérer une marque ou une réputation, Twitter (et ses 500 millions de tweets par jour) est devenu un acteur incontournable pour les personnes interrogées, et ce, malgré la difficulté du traitement de l’information. La partie prospective de l’étude reprend d'ailleurs le problème de la présentation d’un contenu pertinent en même temps que le volume d’information croît exponentiellement. Ainsi, 37% des interrogés pensent que la présentation des données sera un axe majeur du travail managérial à terme si l’augmentation de l’information en ligne se poursuit.

Et si l’ordonnancement compte, la recherche se complexifie aussi. Disposer d’une fonction de recherche vocale en langage naturel faciliterait pour la majorité des sondés la gestion du volume de données générées par de plus en plus d’infrastructures, des immeubles, des voitures ou des corps humains.

Rédigé par Simon Guigue