Les utilisateurs de téléphonie mobile se sont exprimés sur le forum ouvert sur le site Web de l'ART puis au cours de la journée annuelle du régulateur consacrée aux consommateurs. Principal obje...

Les utilisateurs de téléphonie mobile se sont exprimés sur le forum ouvert sur le site Web de l'ART puis au cours de la journée annuelle du régulateur consacrée aux consommateurs. Principal objet de leurs griefs : les contrats avec le manque d'informations claires et les conditions de résiliation très restrictives. Les associations affirment "consulter les contrats et les comparer avant de s'engager est souvent impossible". M. Mondange, de FO Consommateurs dénonce ainsi "les opérateurs sont libres d'effectuer des changements, tels que la tarification et le numéro d'appel, sans que l'abonné puisse être indemnisé ou résilier son contrat. Aujourd'hui, les tarifs baissent, mais que se passera-t-il demain s'ils augmentent ? De plus, les opérateurs s'excluent de leurs responsabilités, ce qui est contraire à la loi. Il est tout aussi illégal de faire payer à l'abonné les frais de recouvrement". L'inexistence d'un délai de rétractation (à l'exception de Bouygues Télécom), l'obligation de payer par prélèvement automatique ainsi que la possibilité, pour l'opérateur, de résilier le contrat sans préavis, ni mise en demeure, sont également contestées. La qualité de la couverture fait aussi l'objet de mécontentement. L'imprécision des cartes, jugées "idéales et non réelles" est critiquée. Les utilisateurs réclament leur validation par un organisme indépendant. La qualité des communications est jugée insuffisante. La saturation du réseau de 17 à 20 h et les coupures intempestives exaspèrent les utilisateurs qui réclament la gratuité du service non rendu. Ils ne sont pas non plus satisfaits du système de facturation "la première minute indivisible est vécue comme injuste indique l'ART. Surtout lorsque, en cas de non-aboutissement de l'appel, le forfait est quand même débité". (01 Informatique - 12/02/1999)