milliards d’euros en 2001. Selon l’Institut d’Etudes GFK, le secteur des télécoms, malgré le ralentissement de la croissance, devrait générer en France un chiffre d’affaires, hors accessoires pour...

milliards d’euros en 2001. Selon l’Institut d’Etudes GFK, le secteur des télécoms, malgré le ralentissement de la croissance, devrait générer en France un chiffre d’affaires, hors accessoires pour téléphones mobiles, de 14 milliards de F en 2001, soit plus de 2 milliards d’euros. A lui seul, le téléphone mobile représente 63 % du chiffre d’affaires du secteur, soit plus de 3,5 fois le chiffre d’affaires généré par les téléphones domestiques (2,5 milliards de F). Selon les estimations de GFK, le taux d’équipement des téléphones mobiles devrait dépasser largement les 60 % fin 2001 (57,6 % fin septembre selon l’ART). En revanche, le chiffre d’affaires de la téléphonie mobile devrait baisser de 3,5 % (8,8 milliards de F) et peser sur le secteur entier. Il reflète, non seulement les difficultés rencontrées pour générer plus de valeur ajoutée, mais aussi une certaine maturité du secteur après l’euphorie. D’autres marchés télécoms mixtes, s’adressant aux professionnels et au grand public, se portent mieux. Bien que le volume des ventes soit moins important (680 000 unités vendues en 2001, + 5,6 %), les télécopieurs sont portés par les multifonctions. Ils devraient générer un chiffre d’affaires fin 2001 de 1,6 milliard de F (+ 2,6 %). Les assistants personnels affichent, pour leur part, une croissance soutenue. Entre 1999 et 2000, le marché des assistants personnels a été multiplié par 2 pour atteindre 250 000 pièces vendues. Selon GFK, les ventes de PDA atteindront 360 000 pièces en 2001 soit une croissance de 44,2 % pour un chiffre d’affaires de 1 milliard de F, en hausse de 41 %. Pour rappel, les achats de téléphones mobiles Wap ont plafonné à 33 % des ventes totales de téléphones portables sur les 8 premiers mois de 2001, comparé à la même période en 2000, et les PDA smart phones ont vu leur poids divisé par deux dans les ventes d’assistants personnels. Selon les estimations de GFK, les achats de PDA s’élèveront à 540 000 pièces en 2002, soit une progression des ventes de 50 %. Les avantages et les services issus de l’accélération de la convergence téléphones mobiles et PDA, grâce à l’arrivée des technologies Bluetooth et GPRS, devraient soutenir le marché. Selon l’analyse des ventes réalisée par GFK dans la grande distribution, le marché du téléphone mobile en France croît de 9 % sur les huit premiers mois de 2001. Le 2ème trimestre 2001 affiche une croissance de 10 % par rapport au 3ème trimestre 2000, après un 1er trimestre 2001 en progression de 4 %. En revanche, les ventes sont équivalentes entre 2001 et 2000 sur l’ensemble de la distribution indirecte. La France semble résister davantage que le reste de l’Europe. En effet, le cumul des ventes de janvier à août 2001 baisse de 4 % sur un ensemble de 12 pays européens, sur les 41 pays à travers le monde que couvre le panel de détaillants GFK. Selon GFK, 80 % des téléphones mobiles sont commercialisés sous forme de coffrets opérateurs. Les coffrets prépayés représentent 65 % des ventes de packs sur les 8 premiers mois 2001, contre 55 % sur la même période en 2000. Au cours des 8 premiers mois 2001, les offres prépayées ont progressé de 18 %. Plus de 40 % des packs prépayés ont été vendus à moins de 500 F TTC sur les 8 premiers mois 2001, soit une part supérieure à celle de décembre 2000, période de fêtes synonyme de baisses de prix. Sur le seul mois d’août 2001, 59 % des terminaux mobiles ont été vendus à moins de 500 F, contre 53 % lors des fêtes de Noël 2000. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 11/10/2001)