Intégrer des antennes radio aux vêtements permet de réaliser des communications sans s'encombrer de matériel. Encore faut-il que ces dernières aient une portée suffisante.

Quand le vêtement est un moyen de communication comme un autre

Pour autoriser les communications radio sans que cela implique de transporter du matériel encombrant, une possibilité est d'embarquer les antennes au sein même des vêtements. L'université de l'Ohio s'est basée sur cette technologie, qui existe déjà, pour mettre au point un système qui intègre également de tels éléments dans les habits, mais avec une portée quatre fois plus importante sans prendre plus de place. Le dispositif a été testé dans le secteur militaire, auprès de soldats. Le principe est le suivant: au lieu d'intégrer une unique antenne aux vêtements du soldat, les chercheurs se proposent d'en greffer plusieurs, à différents endroits du corps (dos, ventre, et épaules). La coordination de ces différentes antennes est assurée par une sorte de boîtier électronique peu encombrant.

Moins encombrant, mais plus de portée

C'est celui-ci qui détermine laquelle des quatre antennes est la mieux placée pour émettre, selon la position de la personne. Multiplier de cette manière le nombre d'antennes permet de contourner le problème engendré par la proximité du corps humain, à savoir la perturbation des signaux électriques par ce corps humain lui-même. De fait, même si une antenne se retrouve coincée entre un mur et le corps de l'utilisateur, les autres antennes pourront toujours prendre le relais et assurer la transmission. Si le développement a d'abord été fait dans une optique d'utilisation militaire, les développeurs assurent qu'il sera à terme possible de généraliser son utilisation à d'autres domaines.

Des applications multiples, dans des domaines variés

Chi-Chih Chen, professeur à l'université de l'Ohio et membre du projet, affirme ainsi: "notre technologie pourra être employée par la police, les pompiers, les astronautes... En fait, au sein de toutes les professions pour lesquelles avoir les mains libres est essentiel". John Volakis, directeur du laboratoire d'électrosciences de l'université, évoque aussi une application grand public. En imprimant directement les antennes sur les vêtements lors de leur conception, il deviendrait possible d'en équiper des personnes âgées ou handicapées, ce qui offrirait à ces dernières un moyen de communication simple en cas d'urgence.