L'Europe de l'Est : depuis plusieurs mois, Vodafone avait le regard fixé sur sa cible. L'opérateur aux 125 millions de clients dans le monde vient de débourser 4,4 milliards de dollars pour...

L'Europe de l'Est : depuis plusieurs mois, Vodafone avait le regard fixé sur sa cible. L'opérateur aux 125 millions de clients dans le monde vient de débourser 4,4 milliards de dollars pour atteindre ses objectifs (3,5 milliards de dollars en cash, auxquels s'ajoutent une reprise des dettes pour une valeur de 900 millions de dollars). Il rachète au groupe canadien TIW deux opérateurs de son portefeuille.
En Roumanie , il vient de mettre la main sur MobiFon dont il a acquis 79 % du capital. L'opérateur compte aujourd'hui 4,9 millions de clients , détenant une part de marché d'environ 48 %, pour un chiffre d'affaires de 723 millions de dollars en 2004 . Ce qui n'aura certainement pas échappé à Vodafone, c'est le potentiel de développement de la téléphonie mobile dans la région : son taux de pénétration n'est que de 47 % en Roumanie !
En République tchèque , Vodafone a fondu sur Oskar Mobil , qu'il détient désormais à 100 %. L'opérateur est moins prestigieux que MobiFon, avec 17 % de parts de marché dans le pays et 1,8 million de clients . Mais ses dernières performances ont été remarquées, avec un chiffre d'affaires de 552 millions de dollars en 2004 et une croissance de 35 %. Sur le marché tchèque, Vodafone se retrouvera en face d'Eurotel, détenu par Czech Telecom, et de T-Mobile, filiale de Deutsche Telekom.
Vodafone était déjà très présent dans la région : il compte à son actif des participations de 100 % dans un opérateur en Allemagne, en Grèce et en Hongrie, une part de 20 % dans un opérateur polonais (Polkomtel) et des partenariats avec plusieurs acteurs présents en Autriche ou en Slovénie. De quoi se consoler après sa défaite américaine face à Cingular, qui a finalement emporté AT&T Wireless.
(Atelier groupe BNP Paribas - 16/03/2005)