(CSF) propose télédistribution, multimédia et télécommunications. Filiale du groupe Reflex, CSF construit le réseau câblé d'Athis-Mons (11 500 foyers) à un rythme mensuel de 1 000 prises. Ayant comm...

(CSF) propose télédistribution, multimédia et télécommunications. Filiale du groupe Reflex, CSF construit le réseau câblé d'Athis-Mons (11 500 foyers) à un rythme mensuel de 1 000 prises. Ayant comme zone d'intervention, le nord de la Loire, cette nouvelle société entreprend la construction de nouveaux réseaux. Ayant récruté ses premiers abonnés en décembre dernier, son président Gérard Le Febvre se réjouit "le taux de pénétration est d'emblée supérieur à 30 %". CSF commercialise son bouquet de base (vingt chaines dont seulement deux étrangères) 99 F par mois dont la diffusion est et restera analogique, ce qui permet l'enregistrement d'une autre chaîne que celle regardée. Un service antenne pour les logements collectifs et des options numériques sont également proposés. Gràce à la technologie retenue (fibre optique pour l'ossature, câble coaxial pour les derniers mètres), CSF ouvrira plus tard un accès à Internet à très haut débit aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises. Par ailleurs, la société offre sur ses réseaux des services de téléphonie "en interconnectant des bâtiments municipaux, nous permettrons à Athis-Mons de disposer d'un vrai réseau de ville, ce qui entraînera de substantielles économies sur ses factures de télécommunications". Retenue par les Mureaux (Yvelines) CSF y construire un réseau multimédia de 11 000 prises dont une première application sera la vidéosurveillance. Deux autres contrats ont également été signés par Paray-Vielle-Poste et Morsang-sur-Orge (communes de l'Essonne) pour un total de 11 000 foyers "nous sommes en pourparlers avec d'autres communces de ce département et avons par ailleurs bon espoir de gagner Compiègne d'ici à quelques jours". CSF s'intéresse également à la reprise de plusieurs réseaux franciliens du plan câble mis en vente par France Télécom, notamment ceux de Sèvres-Saint-Cloud-Suresnes, Evry, Massy et Mantes-la-Jolie Limay soit au total 170 000 prises à refaire. Voulant négocier la reprise au franc symbolique, Gérard Le Febvre indique "nous devrons investir de 1 000 à 1 500 F par prise, soit au total 300 MF" "France Télécom est prêt à offrir 1 000 F à chacun des abonnés. Notre proposition est dès lors intéressante". Devant augmenter prochainement son capital de 17,5 millions de F à 60 millions, CSF pourrait bien réaliser son objectif : 500 000 prises en sept ans. (Le Figaro Economie - 04/05/1998)