part hier au mouvement social. C'est un échec sévère pour SUD PTT, la CGT et la FNSA. Le porte-parole de France Télécom se félicitait "ce chiffre de grévistes confirme que l'ouverture du capital n'e...

part hier au mouvement social. C'est un échec sévère pour SUD PTT, la CGT et la FNSA. Le porte-parole de France Télécom se félicitait "ce chiffre de grévistes confirme que l'ouverture du capital n'est plus un sujet de mobilisation. Le personnel ne s'est pas trompé d'enjeu". Pour tenter de convaincre son personnel, France Télécom a lancé une vaste opération de séduction. Quatre formules sont proposées pour favoriser l'achat d'action. Selon des enquêtes réalisées en interne, un salarié sur deux serait prêt à souscrire des actions. La réponse sera connue une fois la période de réservation pour le personnel terminée (du 7 au 17 octobre). Par ailleurs, si plus d'un million de particuliers ont déjà réservé des actions (voir la revue de presse du 29/09), les investisseurs institutionnels sont également séduits. Michel Bon continue de présenter France Télécom aux investisseurs étrangers. Il a tenté à New York de répondre aux interrogations sur la spécificité des privatisations à la française. (Le Monde - Le Figaro - Libération - La Tribune - Les Echos - 01/10/1997)