dossier. Le principe était simple : prélever un pourcentage (au maximum 0.8 %) sur le chiffre d’affaire des opérateur de télécommunication, puis leur reverser la somme pour qu’ils offrent des abonn...

dossier. Le principe était simple : prélever un pourcentage (au maximum 0.8 %) sur le chiffre d’affaire des opérateur de télécommunication, puis leur reverser la somme pour qu’ils offrent des abonnements moins onéreux aux plus démunis. Ce mécanisme aurait du fonctionner dès 1998, si la mécanique mise en place par les acteurs de ce circuit n’avait pas atteinte autant de complications. Plus de 50 % des crédits prélevés ont failli être dépensés en frais de gestion ! En 1999, le gouvernement corrige son système de distribution. France Télécom propose une réduction de 33 francs par abonnement. La loi de 1996 stipulait que tout opérateur était en mesure de proposer des tarifs sociaux et de recevoir une partie des crédits. Selon Les Echos, Kertel (filiale de PPR) a proposer au début de l’année, une candidature inattendue, mais bien accueilli par les autorités chargées de statuer. Kertel soumet une réduction de 40 francs par abonnement au lieu des 33 francs proposés de France télécom. (Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas - 13/04/2000)