Life @ work

En Afrique, l'impression 3D revitalise l'agriculture

  • 15 Fev
    2018
  • 2 min

Au Togo, et dans plusieurs autres pays africains, l'impression 3D est en train de devenir un levier de transformation agricole. Makers et paysans travaillent main dans la main pour augmenter les rendements.

Dans les régions les plus défavorisées, des millions d'agriculteurs ont, encore aujourd'hui, un accès très limité à la mécanisation et ne possèdent souvent qu'un outillage sommaire pour travailler la terre. C'est pour apporter une réponse à ce problème que le programme participatif 3D4AgDev (3D for Agricultural Development), porté par le fablab togolais Woelabo, le « premier espace africain de démocratie technologique », est né. Son but est de fédérer à la fois les bonnes idées et les moyens financiers. Développée localement depuis peu dans les petites exploitations togolaises, l'impression 3D permet déjà un développement concret des cultures. Les paysans peuvent en effet prototyper des outils performants, spécialement adaptés à leurs besoins, afin d'être plus productifs et moins dépendants d'une main-d'œuvre coûteuse. Au Malawi, les agriculteurs les plus pauvres ont pu s'équiper en imprimant de nouveaux outils grâce à une initiative de prototypage soutenue par l'Université d'Irlande, augmentant ainsi récoltes et revenus. Pour pallier le manque cruel de matériel high-tech en provenance des pays industrialisés, financièrement inaccessible pour la grande majorité des agriculteurs, Woelab apporte une solution basée sur la low tech et la débrouillardise. Sénamé Koffi Agbodjinou, fondateur de ce fablab pionnier du numérique en Afrique, a mis au point une imprimante 3D entièrement construite avec des composants électroniques trouvés dans la rue ou dans les décharges, et qui fonctionne parfaitement bien. Grâce au prototypage, l'agriculture africaine est sur le point de prendre du relief !

Rédigé par Arnaud Pagès