A l’issue de cette première année de concurrence, France Télécom estime qu’il devrait avoir cédé 5 % de part de marché dans le téléphone fixe. Selon Gérard Moine, directeur des relations extérieures...

A l’issue de cette première année de concurrence, France Télécom estime qu’il devrait avoir cédé 5 % de part de marché dans le téléphone fixe. Selon Gérard Moine, directeur des relations extérieures, “c’est un rythme de croissance qui peut faire peur”. Sur les prochaines années, le marché français devrait croître annuellement, en volume (nombre de minutes), de 10 %. France Télécom veut “prendre entre la moitié et les deux tiers de cette croissance”. (Les Echos 17/12/1998)