GTE. Cette opération de 65 milliards de dollars, permet à l'opérateur téléphonique régional du nord-est des Etats-Unis de se hisser au premier rang des opérateurs locaux et mobile du pays. Ce no...

GTE. Cette opération de 65 milliards de dollars, permet à l'opérateur téléphonique régional du nord-est des Etats-Unis de se hisser au premier rang des opérateurs locaux et mobile du pays. Ce nouveau groupe, baptisé Verizon Communications, contrôlera 63 millions de lignes de téléphone fixes aux Etats-Unis et comptera 25 millions d'abonnés au téléphone mobile dans 40 états. Il devrait réaliser un chiffre d'affaires proche de 60 milliards de dollars. Charles Lee, patron de GTE, assurera la présidence du nouvel ensemble jusqu'en 2002, date à laquelle, Ivan Seidenberg, le PDG de Bell Atlantic, prendra le relais. Seule condition posée par la FCC pour approuver la fusion : mise en vente de Genuity (ex GTE Internetworking), filiale de GTE dans l'accès Internet, issue notamment du rachat de BBN Planet. Le groupe devra limiter sa participation dans Genuity à 9,5 % pendant cinq ans. Il pourra ensuite exercer une option pour reprendre 80 % du capital, à condition qu'il ait réellement ouvert son marché local entre temps. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas - 19/06/2000)