Hier, WorldCom a présenté son réseau paneuropéen qui reliera, dès le printemps prochain, les villes de Londres, de Paris, d'Amsterdam et de Bruxelles, avant d'atteindre l'été prochain Francfort, par...

Hier, WorldCom a présenté son réseau paneuropéen qui reliera, dès le printemps prochain, les villes de Londres, de Paris, d'Amsterdam et de Bruxelles, avant d'atteindre l'été prochain Francfort, par câble en fibre optique. 200 millions de dollars (soit 1 milliard de F) ont été investis pour cette seule liaison qui comprend aussi deux câbles transmanche. A cette somme s'ajoutent plusieurs milliards de F pour constituer des réseaux locaux (boucle locale) pour atteindre ses clients, grandes entreprises et banques, dont 500 millions rien qu'en France. Il faut aussi ajouter la pose d'un câble transatlantique pour 500 millions de dollars, partagé à parité avec le britannique Cable & Wireless. WorldCom s'est vite rendu compte qu'un grand opérateur téléphonique se doit de posséder sa propre infrastructure "avec la chute des prix, un revendeur ne peut dégager qu'une marge brute de 20 %, alors qu'avec sa propre infrastructure on est plutôt dans la tranche des 60 %". WorldCom, inconnu il y a encore quatre ans en Europe, espère l'an prochain doubler son chiffre d'affaires sur le Vieux Continent pour atteindre le milliard de dollars. (Les Echos - La Tribune - 04/12/1997)