134 des 141 actionnaires de l'opérateur japonais spécialisé dans les liaisons internationales, International Digital Communications (IDC) lui ayant apporté son soutien, le groupe britannique Cable...

134 des 141 actionnaires de l'opérateur japonais spécialisé dans les liaisons internationales, International Digital Communications (IDC) lui ayant apporté son soutien, le groupe britannique Cable & Wireless détient désormais près de 98 % de la société japonaise. Compte tenu des 17,7 % déjà en sa possession depuis l'origine et des titres non apportés, cette acquisition coûte à C&W 55,2 milliards de yens (2,89 milliards de F, 441,38 millions d'euros). Directeur exécutif de C&W, Stephen Pettit souhaite faire d'IDC une plate-forme pour offrir des services dans l'ensemble de l'archipel. Des négociations sont actuellement poursuivies avec deux autres opérateurs locaux, DDI et TTNet afin de pouvoir connecter leurs réseaux japonais au réseau international de C&W. Le Japon constitue le deuxième marché mondial après les Etats-Unis. La fourniture de services de télécommunications a généré en 1998 un chiffre d'affaires de 112 milliards de dollars (707 milliards de F). Pour l'instant, malgré l'ouverture il y a quinze ans de la concurrence dans l'archipel, l'opérateur historique NTT est encore à l'origine de 97 % des appels locaux, dont le trafic représente 80 % de l'ensemble des communications téléphoniques acheminées au Japon. Avec 66,2 % de parts de marché des télécommunications à l'international, KDD domine encore largement, suivi par Japan Telecom (16,7 %), IDC revendiquant 17,1 %. (La Tribune - 17/06/1999)