différents réseaux multimédias à couverture mondiale verront le jour. Tous utilisent des constellations de satellites défilant en orbite basse (LEO). En revanche, les systèmes utilisés pour la télév...

différents réseaux multimédias à couverture mondiale verront le jour. Tous utilisent des constellations de satellites défilant en orbite basse (LEO). En revanche, les systèmes utilisés pour la télévision par diffusion directe mettent en oeuvre des satellites géostationnaires (GEO) immobilisés à une altitude de 36 000 km. D'après les estimations de l'UIT (Union internationale des télécommunications), au 1er septembre 1997, 976 satellites étaient en orbite autour de la terre dont 819 géostationnaires et 157 non géostationnaires. Les sytèmes géostationnaires, couvrant plus largement la planète par un nombre limité d'engins sont néanmoins plus lourds et bien plus coûteux que les LEO. Pour assurer une bonne couverture de la Terre, ceux-ci, de dimension et de prix nettement inférieurs, doivent être plus nombreux. Si l'on en croit le Teal Group, au cours de la période 1997-2006, pas moins de 273 nouveaux satellites commerciaux seront lancés. Inutile de dire que cela va compliquer les problèmes de gestion des orbites et des fréquences entre les différents systèmes. Pour éviter le brouillage des systèmes géostationnaires, Alcatel utilise les engins "visibles" par l'ordinateur de l'utilisateur, ne risquant pas de créer d'interférences. (Les Echos - 24/11/1997)