Défense. Opérationnel à Paris depuis le mois de juin dernier, Colt Telecom veut concevoir lui-même l'architecture de son réseau à la Défense en fonction des services qu'il entend proposer à ses cl...

Défense. Opérationnel à Paris depuis le mois de juin dernier, Colt Telecom veut concevoir lui-même l'architecture de son réseau à la Défense en fonction des services qu'il entend proposer à ses clients. Or, ce souhait est incompatible avec l'actuelle distribution des rôles. En effet, à la suite d'un appel d'offres, l'Epad a confié à Fibre Optique Défense (filiale de Cegetel) le soin de construire et d'exploiter un réseau de fibre optique. Même si Claude Olier, directeur général de Colt Telecom France indique "tout opérateur peut acheter à FOD de la fibre optique pour la relier ensuite à ses propres équipements. Et c'est ce que nous avons fait", il estime que les conditions imposées par l'Epad sont prohibitives "j'achète des services qui sont beaucoup trop chers". Colt Telecom a donc déposé une demande d'arbitrage auprès de l'ART. Celle-ci vient de donner son avis en estimant "que tout opérateur qui le souhaite a le droit de poser ses propres fibres optiques sur le site de La Défense dès lors que France Télécom y est aussi". Colt France pourrait installer son réseau de fibres en trois ou quatre mois, mais comme le présume Claude Ollier "L'Epad ne va pas nous faciliter la tâche", ce délai sera sûrement supérieur. (La Tribune - 03/11/1997)