rapprocher. Pour tenter de mieux défendre leurs intérêts, les nouveaux opérateurs présents sur les marchés français et allemand ont décidé de se rapprocher. Regroupant une dizaine d’opérateurs inst...

rapprocher. Pour tenter de mieux défendre leurs intérêts, les nouveaux opérateurs présents sur les marchés français et allemand ont décidé de se rapprocher. Regroupant une dizaine d’opérateurs installés en France, dont Cegetel Entreprises, Esprit, Cable & Wireless, l’AOST et son équivalent allemand le VTAM (regroupant une quarantaine de sociétés actives dans le fixe comme dans le mobile) viennent d’annoncer leur décision de coordonner leurs efforts au niveau européen pour accélérer la libéralisation du marché des télécommunications.

Les concurrents, en particulier ceux de France Télécom et de Deutsche Telekom, se heurtent régulièrement à des pratiques qu’ils estiment “anticoncurrentielles” de la part des opérateurs historiques comme l’explique Hans-Peter Kohlhammer, le président du VTAM “nous rencontrons les mêmes difficultés, nous avons des intérêts communs à défendre. Nous devons nous défendre au niveau national, mais également être en mesure de faire valoir notre point de vue au niveau européen”.

Tout en n’excluant pas que ce travail en commun donne naissance un jour à une représentation plus formelle, Hans-Peter Kohlhammer précise “nous devons déjà apprendre à travailler ensemble pour être en mesure de devenir un interlocuteur crédible aux yeux de la Commission européenne”. (Les Echos - 08/10/1998)