Le communiqué de Telecom Italia publié hier, à l'issue d'un conseil d'administration de deux jours, confirme que le rapprochement avec Deutsche Telekom prendrait la forme d'une OPE, sans donner to...

Le communiqué de Telecom Italia publié hier, à l'issue d'un conseil d'administration de deux jours, confirme que le rapprochement avec Deutsche Telekom prendrait la forme d'une OPE, sans donner toutefois de parité d'échange. De plus, l'opération est surbordonnée à l'adhésion de Deutsche Telekom et de 90 % des actionnaires de Telecom Italia. Visiblement, Franco Bernabè n'est pas parvenu à convaincre totalement les membres de son conseil.

En indiquant hier, que la fusion des deux groupes "ne passerait pas comme une lettre à la poste", le commissaire européen chargé de la Concurrence, Karel Van Miert, a déclaré "nous attendons la notification de cette fusion qui est une affaire très importante, concernant deux gros acteurs des télécommunications, ainsi qu'un partenaire de poids, en l'occurrence France Télécom, partenaire de Deutsche Telekom". Selon lui, les concurrents européens vont faire entendre leur voix et "des plaintes vont sûrement arriver". Karel Van Miert a ajouté qu'une enquête approfondie de la Commission européenne sera sans doute nécessaire sur ce projet de fusion. (Les Echos - La Tribune - Le Figaro - Libération - 21/04/1999)