Le 17 juin 1999, un consortium international réunissant plus de 40 opérateurs de télécommunications a signé l'accord de construction et de maintenance du câble sous-marin SAT-3/WASC/SAFE. Cette li...

Le 17 juin 1999, un consortium international réunissant plus de 40 opérateurs de télécommunications a signé l'accord de construction et de maintenance du câble sous-marin SAT-3/WASC/SAFE. Cette liaison, née en janvier 1998 du rapprochement de deux projets de câbles sous-marins SAFE et SAT-3/WASC, long de plus de 28 000 km, reliera, pour un coût de 600 millions de dollars, la Malaisie et l'Inde au Portugal en passant par l'Afrique du Sud, l'Angola, le Gabon, le Cameroun, le Nigeria, le Bénin, le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Sénégal et les Canaries. TSSL (USA) et Alcatel Submarine Systems (France) construiront le système. 5 000 km de câbles et 220 répéteurs sont déjà fabriqués et recettés. Sa capacité est de 120 Gbits pour le segment SAT-3/WASC et 80 Gbits pour le segment SAFE. Son exploitation commerciale est prévue pour décembre 2001. SAT-3/WASC/SAFE permettra de répondre aux besoins croissants d'acheminement du trafic et de la téléphonie, des services multimédia et d'Internet. Il permettra, de plus, de relier le continent africain au réseau mondial de fibres optiques et de sécuriser les liaisons Europe-Asie par la création d'une nouvelle route. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas - 09/06/2000)