Ayant lancé le 31 mai un appel à commentaires sur le dossier de "l'Internet gratuit", l'ART devrait rendre ses conclusions avant le 25 juillet. Le reversement d'une somme fixe aux fournisseurs d'acc...

Ayant lancé le 31 mai un appel à commentaires sur le dossier de "l'Internet gratuit", l'ART devrait rendre ses conclusions avant le 25 juillet. Le reversement d'une somme fixe aux fournisseurs d'accès par les opérateurs de télécommunications, en premier lieu France Télécom, est l'enjeu de ce dossier. Selon Benchmark Group, les communications téléphoniques générées par le trafic Internet, représentent environ 20 % du trafic total de l'opérateur public. De plus, détenant le quasi-monopole sur la boucle locale, France Télécom est aujourd'hui le seul à tirer parti de la manne des communications Internet. Généralement plusieurs acteurs interviennent dans l'acheminement des communications entre l'internaute et l'ISP. L'appel est tout d'abord acheminé par France Télécom puis par l'opérateur desservant le fournisseur d'accès Internet. En attendant la position de l'ART, les offres d'Internet gratuit continuent d'affluer. Aujourd'hui, les groupes Serveur et None Networks lancent des formules d'accès visant à rémunérer l'internaute. Ainsi, Serveur s'engage à rétribuer tout consommateur en fonction de son assiduité sur le net. Dès qu'il surfera plus de 49 h par mois, l'internaute percevra 1 F de l'heure. (Le Figaro - 15/06/1999)