Après des années de disette, qui l'avaient conduit à ne plus rémunérer ses actionnaires en 2002 et 2003, le premier opérateur européen Deutsche Telekom revient en force...

Après des années de disette, qui l'avaient conduit à ne plus rémunérer ses actionnaires en 2002 et 2003, le premier opérateur européen Deutsche Telekom revient en force. Sur l'exercice 2004, son bénéfice a triplé : de 1,3 milliard d'euros en 2003 à 4,6 milliards d'euros. L'opérateur a publié un chiffre d'affaires en hausse de 3,7 % , à 57,9 milliards d'euros et a pu réduire sa dette nette de près d'un quart : celle-ci est aujourd'hui évaluée à 35,2 milliards d'euros.
Pour autant, le succès n'a pas été au rendez-vous pour toutes les activités de l'opérateur en 2004. La téléphonie fixe , comme c'est le cas pour beaucoup d'autres opérateurs traditionnels, est en déclin. En 2004, son chiffre d'affaires a perdu 4,8 %, passant de 29,21 milliards d'euros en 2003 à 27,81 milliards sur le dernier exercice.
En revanche, les activités mobiles continuent d'être le fer de lance de l'opérateur. T-Mobile a vu le montant de ses ventes atteindre les 24,99 milliards d'euros, en hausse de près de 10 %. Le résultat le plus exceptionnel est celui publié par T-Mobile USA : un chiffre d'affaires en progression de 39 %, à 11,7 milliards d'euros, et une croissance de 32 % des nouveaux abonnés.
(Atelier groupe BNP Paribas - 03/03/2005)