Cologne vient de donner raison au ministère des Postes qui, le 1er juillet dernier après plusieurs injonctions restées sans effet, avant lancé à l'opérateur un ultimatum pour l'obliger à ouvrir son ...

Cologne vient de donner raison au ministère des Postes qui, le 1er juillet dernier après plusieurs injonctions restées sans effet, avant lancé à l'opérateur un ultimatum pour l'obliger à ouvrir son réseau notamment à trois concurrents privés, NetCologne, O. Tel. O, et Mannesmann Arcor. En imposant des tarifs trois fois plus élevés que ceux proposés dans d'autres pays dont le secteur est déjà libéralisé, Deutsche Telekom tente de réduire à néant toute possibilité de concurrence. L'injonction du 1er juillet, selon le tribunal, doit entrer immédiatement en application, l'amende pourrait alors théoriquement aller jusqu'à un million de deutsche marks "l'intérêt public pour une concurrence loyale et le droit à pouvoir accéder à un marché sans contrainte sont plus importants que les intérêts de Deutsche Telekom". Bien sûr, les concurrents ont accueilli cette décision avec plaisir. Au siège de l'opérateur, hier, si l'on se refusait à faire le moindre commentaire, on indiquait toutefois que "pour l'heure, Deutsche Telekom étudiait cette décision de justice et devrait statuer dans les jours à venir tout en se réservant la possibilité de faire appel". (La Tribune - Le Figaro - Les Echos - 21/08/1997)