Sachant poser et exploiter des lignes, gérer des abonnés, négocier avec les collectivités locales, EDF décide d'appliquer ce savoir-faire dans le câble en 1988. Après une série de tests, EDF crée po...

Sachant poser et exploiter des lignes, gérer des abonnés, négocier avec les collectivités locales, EDF décide d'appliquer ce savoir-faire dans le câble en 1988. Après une série de tests, EDF crée pour cela une filiale Videopole. Deux ans plus tard, tout en prenant une participation, le Crédit Agricole lui vend ses activités de câble.En 1993, les câblo-opérateurs américains TCI et Lenfest rejoignent les deux partenaires. En huit ans, Videopole a raccordé 112 000 foyers. En 1997, sa croissance a été particulièrement forte (+ 43 %). Détenant une part de marché de plus de 8 %, EDF se situe au quatrième rang des câblo-opérateurs en France derrière la Lyonnaise, la Générale des Eaux et France Télécom. Toutefois, depuis le début de la décennie, les pertes cumulées de Vidéopole s'élèvent à 450 millions de F. Compte tenu des investissements d'infrastructures initiaux, la société ne s'attend à aucun bénéfice avant 2006. Ayant déjà engagé 600 millions de F dans cette activité, après une série d'audits financiers et stratégiques, EDF décide de se désengager et de concentrer ses ressources sur son métier d'électricien. Le patron de Vidéopole, Bernard Touraine, estime "ce pourrait être une occasion pour TCI et Lenfest, qui détiennent déjà 29 % du capital, d'accroître leur participation pour rentrer de façon plus importante sur le marché français". (Les Echos - 06/02/1998)