La Commission supérieure du service public des postes et télécommunications (CSSPTT), réunissant des parlementaires et des personnalités qualifiées, estime que le système d'enchères pour l'attribut...

La Commission supérieure du service public des postes et télécommunications (CSSPTT), réunissant des parlementaires et des personnalités qualifiées, estime que le système d'enchères pour l'attribution des licences de téléphonie mobile de troisième génération (UMTS) serait néfaste au développement du marché et des opérateurs. Selon elle, les montants qui pourraient être récoltés seraient susceptibles de majorer fortement les tarifs pendant une longue période. L'ART vient de s'opposer à son tour officiellement contre l'attribution au plus offrant des quatre licences de téléphonie mobile. Elle réaffirme son avis délivré au gouvernement le 7 mars dernier qui optait pour le système de la soumission comparative. Pour son président, Jean-Michel Hubert, les sommes ainsi récoltées risquent de compromettre le développement du marché. Les syndicats de France Telecom, Martin Bouygues, des députés et des sénateurs ont également exprimé leurs désaccords, en évoquant bien souvent les mêmes arguments. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas - 12/05/2000)