Les marchés de la téléphonie fixe d'Europe centrale et orientale (Bulgarie, Croatie, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Lettonie) se sont légèrement affaiblis en 2004...

Les marchés de la téléphonie fixe d'Europe centrale et orientale (Bulgarie, Croatie, République tchèque, Estonie, Hongrie, Lituanie, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Slovénie et Lettonie) se sont légèrement affaiblis en 2004. Selon International Data Corporation (IDC), ils ont perdu 0,5 % en nombre d'abonnements : la région en recense désormais 32,88 millions.
Les dépenses totales en téléphonie fixe ont diminué de 0,83 % à 6 milliards de dollars. La tendance ne fait que s'amorcer, le marché faiblit très lentement mais selon IDC ces chiffres sont le signe d'un mouvement en profondeur initié par la pénétration de la téléphonie mobile et par l'adoption, encore timide, des applications de voix sur IP dans les entreprises notamment.
Du côté des particuliers, si la dépense totale en téléphonie fixe décline lentement, celle qui s'applique aux communications vocales a perdu 5 % entre 2003 et 2004. Du côté des entreprises, on a dépensé 3,6 % de moins sur ces communications en 2004 qu'en 2003. Le cas de la République tchèque est particulièrement parlant : en 2004, la diminution du temps des communications vocales sur téléphonie fixe a été de 14,5 % !
Par Anaïs Grassat