Life @ work

Un exosquelette aide les chômeurs à renouer avec l’emploi

  • 21 Jui
    2017
  • 2 min

Le pôle emploi suédois fournit aux chômeurs frappés d’incapacité motrice, des exosquelettes de main pour lutter contre les discriminations à l’emploi.

Selon les derniers chiffres du Ministère des Affaires sociales et de la santé, près de 12 millions de personnes en âge de travailler sont porteurs d’un handicap. 18% d’entre eux seraient demandeurs d’emploi, soit près de 470 000 personnes, dont la majorité sont des chômeurs de longue durée. Pourtant l’Etat œuvre à lutter contre les discriminations à l’emploi. Or, seulement 2.5 millions bénéficient d’une reconnaissance administrative de leur handicap leur permettant de prétendre à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés. Pour le reste, la France pourrait peut-être s’inspirer de l’initiative du pôle emploi suédois qui prescrit aux personnes atteintes d’une défiance motrice, le Soft Extra Muscle Glove, un exosquelette motorisé en forme de gant qui permet de porter de lourdes charges avec la même force qu’un bras humain. Développé en collaboration avec les chercheurs de l’Institut de médecine Karolinska et de l’Institut royal de technologie de Stockholm, ce gant bionique est doté de capteurs qui évaluent la charge à porter et libèrent la force nécessaire a des tendons artificiels grâce à un moteur portable. Pour l’heure, près de 140 chômeurs ont déjà été équipés malgré son prix onéreux, près de 5000 euros pièce, est remboursé par la Sécurité sociale suédoise. Mais la société Bioservo ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, elle a notamment fait savoir qu’elle comptait étendre son marché au secteur industriel pour ses salariés "augmentés".