Désormais, l'opérateur français va être en concurrence avec les quatre grands opérateurs européens, presque tous privatisés. C'est le cas de BT et de Telefonica. L'Etat allemand ne devrait plus dé...

Désormais, l'opérateur français va être en concurrence avec les quatre grands opérateurs européens, presque tous privatisés. C'est le cas de BT et de Telefonica. L'Etat allemand ne devrait plus détenir que 40 % du nouveau groupe né du rapprochement de Telecom Italia et de Deutsche Telekom. Tous les géants américains sont, pour leur part, des sociétés privées. Si France Télécom se mettait en quête d'un nouvel allié, la présence de l'Etat dans France Télécom à hauteur de 62 % serait un handicap. (Le Figaro - Les Echos - 23/04/1999)