L'ART vient de recevoir les avis du Conseil de la concurrence et de la Commission supérieure de la poste et des télécommunications (CSPTT) allant tous les deux dans le même sens : il n'y aurait pas ...

L'ART vient de recevoir les avis du Conseil de la concurrence et de la Commission supérieure de la poste et des télécommunications (CSPTT) allant tous les deux dans le même sens : il n'y aurait pas d'opposition de principe à la diversification commerciale de France Télécom. Le Conseil de la concurrence poserait toutefois quelques conditions, dont une est essentielle. Pour éviter les subventions croisées, France Télécom devrait commercialiser le préfixe 8 auprès de la distribution à travers une société indépendante. De plus, le Conseil de la concurrence insisterait sur la nécessité de relations transparentes entre cette éventuelle filiale et la maison mère. On se souvient que Jean-Michel Hubert, le président de l'ART avait affirmé en juillet dernier que l'opérateur public ne pouvait pas commercialiser le préfixe 8 hors des zones où la concurrence locale n'existait pas. Cet avis consultatif risque donc de le placer en porte-à-faux. France Télécom déclare qu'il serait "satisfait si ce dossier aboutissait prochainement". L'opérateur insiste sur sa volonté de commercialiser du trafic en gros, à charge pour la distribution de fixer ses prix publics. Des discussions seraient déjà entamées avec les Centres Leclerc. Il ne lui reste plus qu'à obtenir le feu vert de l'ART. (La Tribune - 12/02/1999)