Actuellement, l'opérateur déploie des équipements selon la technologie ADSL, permettant de porter le débit de la ligne téléphonique à plusieurs mégabits par seconde, contre 56 kilobits avec un modem...

Actuellement, l'opérateur déploie des équipements selon la technologie ADSL, permettant de porter le débit de la ligne téléphonique à plusieurs mégabits par seconde, contre 56 kilobits avec un modem analogique classique. Alors que ses homologues d'autres pays (Allemagne, Belgique, Canada, Etats-Unis) entamaient de larges déploiements, France Télécom s'était jusqu'à présent limité à des expérimentations portant sur quelques centaines d'utilisateurs. Pour que son offre, déposée le 20 avril, soit acceptée, France Télécom a mis toutes les chances de son côté : des marges raisonnables, des tarifs au-dessus de ses coûts et une offre ouverte aux opérateurs concurrents pour éviter les accusations de monopole. Un membre de l'ART a déclaré il y deux semaines "nous donnerons notre avis en juin, en tout cas avant l'été". Selon un responsable de l'opérateur, France Télécom devrait donc proposer de l'ADSL en échappant au dégroupage dont il ne veut pas. L'offre devrait être lancée au second semestre. Ayant commandé à Alcatel plusieurs milliers de modems pour la première année, France Télécom a ensuite entamé les premiers déploiements dans l'Ouest parisien (Neuilly, Issy-les-Moulineaux ...). France Télécom entend proposer l'ADSL, non dans les zones rurales ne bénéficiant pas d'accès Internet haut débit, mais pour "contrer les câblo-opérateurs" là où ils en proposent (selon un document interne). (La Tribune - 8/06/1999)