Tout en précisant que les pertes de Global One ont été en 1997 "plus importantes que prévu", Michel Bon, le président de France Télécom, de passage à Londres a indiqué que le consortium devrait atte...

Tout en précisant que les pertes de Global One ont été en 1997 "plus importantes que prévu", Michel Bon, le président de France Télécom, de passage à Londres a indiqué que le consortium devrait atteindre l'équilibre "en 2001 ou 2002", tout en indiquant "Nous allons mettre tout en oeuvre pour réduire les pertes de Global One. Nous voulons développer Global One au Royaume-Uni, même si nos efforts ont surtout porté jusqu'ici sur les marchés qui se sont ouverts à la concurrence au 1er janvier 1998". (Les Echos - 24/03/1998)