Le Liban menace ses deux opérateurs mobiles, Liban Cell et Cellis (filiale de France télécom), de résilier leurs contrats s’ils ne lui payent pas 300 millions de dollars de dommage. Le gouvernement ...

Le Liban menace ses deux opérateurs mobiles, Liban Cell et Cellis (filiale de France télécom), de résilier leurs contrats s’ils ne lui payent pas 300 millions de dollars de dommage. Le gouvernement libanais estime que les opérateurs ont violé certaines clauses du contrat, ce à quoi Cellis répond avoir « toujours respecté les clauses du contrat » et ne reconnaître « aucune violation ». Le Liban réclame en outre aux deux opérateurs : 30 % de leur revenus bruts entre 1999 et 2003, ainsi que 50 % des redevances générées au-delà de 125.000 abonnés. Le contrat BOT (Build, Operate, Transfer) passé avec l’Etat libanais stipule 12 ans d’exercice, dont 7 année et demi d’exclusivité. (Jean de Chambure - Atelier BNP-Paribas - 25/04/2000)