Jusqu'à présent, seul le nord kurde de l'Irak, qui échappait au contrôle du régime de Saddam Hussein, était doté d'un système GSM. L'actuel ministre irakien des télécommunications Haydar al-Abadi ...

Jusqu’à présent, seul le nord kurde de l’Irak, qui échappait au contrôle du régime de Saddam Hussein, était doté d’un système GSM. L’actuel ministre irakien des télécommunications Haydar al-Abadi a annoncé la semaine dernière la signature par trois opérateurs de téléphonie mobile de contrats leur octroyant des licences.

Le premier, l’opérateur égyptien Orascom opérera dans le centre du pays, couvrant Bagdad notamment, tandis qu’Asia Cell consortium et Atheer Tel, appartenant tous deux en majeure partie à des opérateurs koweïtiens, couvriront respectivement le nord et le sud du pays. Ces trois compagnies avaient remporté le 6 octobre dernier les appels d’offres lancés par le ministère irakien des télécommunications, face à une centaine de concurrents.

Selon le gouvernement provisoire, qui table sur une couverture de 18 millions de personnes d’ici à la fin 2004 (l’Irak compte 25 millions d’habitants), les trois opérateurs sont aujourd’hui prêts à offrir leurs services en Irak. Orascom affirme que son service sera disponible pour tous les Irakiens dès la première quinzaine de janvier, Asia Cell a commencé à tester ses équipements à Mossoul et Kirkouk, et Atheer Tel propose déjà des abonnements à Bassorah et Nassiriyah.

( Atelier groupe BNP Paribas – 29/12/2003)