Le directeur général de Wind, consortium détenu à 51 % par Enel, 24,5 % par France Télécom et 24,5 % par Deutsche Telekom, Tommaso Pompei, furieux d'avoir appris l'existence de négociations secr...

Le directeur général de Wind, consortium détenu à 51 % par Enel, 24,5 % par France Télécom et 24,5 % par Deutsche Telekom, Tommaso Pompei, furieux d'avoir appris l'existence de négociations secrètes entre Telecom Italia et Deutsche Telekom, a, immédiatement, à la demande directe de Franco Tato, le patron de l'électricien Enel, mis au chômage technique les trente dirigeants allemands dans le consortium. Selon un responsable, pour la deuxième journée consécutive, aucun des représentants allemands -qui ont dû rendre leur badge- n'était présent hier. Wind a obtenu la troisième licence d'opérateur de télécommunications mobiles en Italie en 1998. (Les Echos - 21/04/1999)