portable dans “les grandes agglomérations”. Tout le monde le sait maintenant, la croissance importante du nombre d’abonnés conduit à la saturation des réseaux. Mais c’est la première fois qu’une e...

portable dans “les grandes agglomérations”. Tout le monde le sait maintenant, la croissance importante du nombre d’abonnés conduit à la saturation des réseaux. Mais c’est la première fois qu’une enquête officielle le prouve. Pendant six semaines en septembre-octobre, l’ART a mesuré “le taux de réussite dans l’établissement des communications” sur les portables. Au cours de son intervention hier à la Semaine des Télécoms, Jean-Michel Hubert, le président de l’ART a communiqué les résultats de cette enquête. Il en ressort que la qualité des trois réseaux français de téléphonie mobile est “globalement bonne”, mais en baisse “dans les grandes agglomérations”. Pour tenter de résoudre ce problème, l’ART a décidé d’attribuer de nouvelles fréquences aux trois opérateurs, opérationnelles dès le 1er janvier 1999 (voir la revue de presse du 23/11). (Le Parisien La Tribune 26/11/1998)