Life @ work

L'IA doit impérieusement devenir plus inclusive

  • 26 Mar
    2018
  • 2 min

Face aux défis et aux dangers que représente l'intelligence artificielle, de nombreuses initiatives éclosent pour rendre l'IA plus inclusive.

À l'heure où l'intelligence artificielle prend une place de plus en plus confortable dans nos vies, certaines questions sur l'éthique des algorithmes persistent. S'il est peu probable, du moins dans un futur proche, que la machine se substitue à l'Homme, questionner la sécurité de l'IA et faire l'audit des algorithmes reste nécessaire pour se prémunir des discriminations que la nouvelle économie du profilage individuel ou collectif peut mettre en place. Si certaines initiatives fournissent, de façon proactive, aux minorités les armes nécessaires, au travers de l'apprentissage de la programmation, pour se rendre acteurs du changement, d'autres ambitionnent de diversifier les sources d'apprentissage de l'IA pour la rendre plus inclusive. L'organisation Black In AI, par exemple, milite pour une meilleure inclusion des personnes noires dans la filière IA des entreprises tech comme Facebook ou Google afin de concevoir des programmes de machine learning qui représentent toute la diversité du corps social. Encore, le groupe de réflexion Diversity.ai entend réunir les principaux acteurs du monde de l'IA autour d'hackathons, séminaires et autres tables rondes afin de les sensibiliser à la promotion de l'égalité, de l'inclusion et de la diversité. Plus encore, en mettant à l'épreuve des programmes d'intelligence artificielle, ils se sont très vite aperçu que lorsque certains groupes de population sont sous-représentés dans les programmes d'apprentissage, ces populations peuvent être exclues ou peu représentées dans les services proposés. Diversity.ai a ainsi mis en lumière le manque de diversité de Beauty.ai, un concours de beauté jugé par l'IA, qui n'a jamais désigné de gagnant(e) de couleur. En cause, un machine learning discriminatoire qui prenait la peau blanche comme norme de beauté universelle. Fake news.

Rédigé par Théo Roux