La liberté laissée par l'Autorité de régulation des télécommunications allemandes à Deutsche Telekom de ne pas baisser ses tarifs sur les appels locaux, bien que l'opérateur soit sur ce créneau "en ...

La liberté laissée par l'Autorité de régulation des télécommunications allemandes à Deutsche Telekom de ne pas baisser ses tarifs sur les appels locaux, bien que l'opérateur soit sur ce créneau "en position dominante" est vivement critiquée par l'Office des cartels. Tout en estimant que cette différence devait "être tirée au clair", Dieter Wolf, le président de l'Office des cartels, a rappelé que sur 18 opérateurs européens, 14 sont moins chers que Deutsche Telekom au niveau local. (La Tribune - 16/02/1998)