Alors qu'aujourd'hui la radiomessagerie et les radiocommunications sont confiées à six entités différentes, Motorola envisage de les réunir en deux grandes divisions, l'une en charge des produits gr...

Alors qu'aujourd'hui la radiomessagerie et les radiocommunications sont confiées à six entités différentes, Motorola envisage de les réunir en deux grandes divisions, l'une en charge des produits grand public, l'autre des marchés professionnels. Non seulement, cette réorganisation simplifierait ses structures, mais elle permettrait à Motorola une meilleure réactivité face aux évolutions du marché. Chacune des divisions actuelles possède ses propres structures de recherche et développement et ses propres équipes commerciales. En 1997, Motorola a réalisé un chiffre d'affaires de 29,8 milliards de dollars, en progression de 7 %. Les ventes dans le domaine de la radiomessagerie (3,7 milliards de dollars) ont chuté de 4 % alors que ses activités dans la téléphonie cellulaire (11,9 milliards) ont progressé de 10 %. Les ventes dans les radiocommunications professionnelles (4,9 milliards) ont, quant à elles, crûes de 23 %. L'arrivée de nouveaux acteurs comme Sony ou Philips et les pertes de parts de marché dans le domaine des terminaux de téléphonie cellulaire ont contribué au recul de Motorola parmi les grands acteurs d'un marché en pleine expansion. (Les Echos - 02/04/1998)