Le premier fabricant mondial de téléphone portable a démenti dans la presse finlandaise vouloir se séparer de ses activités réseaux qui continuent de représenter près de 20 % ...

Le premier fabricant mondial de téléphone portable a démenti dans la presse finlandaise vouloir se séparer de ses activités réseaux qui continuent de représenter près de 20 % de son chiffre d’affaires global, malgré des marges bénéficiaires qui restent maigres, compte tenu du coût initial de mise en place de ces technologies. De fait, si les ventes de la division Nokia Networks ont augmenté de 6 % à 2,1 milliards d’euros au 4ème trimestre 2002, ses bénéfices ont chuté de près de 93 %, à 19 millions d’euros. Pour réduire ses coûts directs, Nokia Networks ne devrait plus employer que 17 000 salariés contre près de 25 000 postes occupés à l'automne 2000. Selon Thomas Jonsson, porte-parole de Nokia, les efforts de R&D portent de plus en plus sur la partie logicielle au détriment du matériel réseau. (Atelier groupe BNP Paribas – 14/03/2003)