Selon le Wall Street Journal, cinq semaines après son arrivée à la tête d'AT&T, Michael Armstrong entend mettre en place une stratégie, en cours d'élaboration, reposant sur la réduction des coûts,...

Selon le Wall Street Journal, cinq semaines après son arrivée à la tête d'AT&T, Michael Armstrong entend mettre en place une stratégie, en cours d'élaboration, reposant sur la réduction des coûts, la compression de l'encadrement, des ventes d'activités annexes, des investissements et acquisitions dans plusieurs segments des télécoms et l'alignement des rémunérations sur les performances. Pour réduire les coûts, nettement plus élevés que ceux de la concurrence, Armstrong fermera des installations, poursuivra la vente d'actifs non essentiels, centralisera le marketing, regroupera d'autres services, et ira sans doute au-delà de la suppression des 17 000 emplois déjà annoncés. Armstrong veut aussi accroître les revenus en développant les activités mondiales et en investissant dans le téléphone local et cellulaire et les services Internet. Une fusion avec une grande compagnie de téléphone régionale comme BellSouth n'est pas exclue. (La Tribune - 04/12/1997)