Menacée prochainement d’une saturation de ses marchés, l’opérateur japonais de téléphonie mobile veut aller chercher sa croissance en dehors de la seule transmission par voie humaine. Devant l’a...

Menacée prochainement d’une saturation de ses marchés, l’opérateur japonais de téléphonie mobile veut aller chercher sa croissance en dehors de la seule transmission par voie humaine. Devant l’association de la presse étrangère de Tokyo, son président, Keji Tachikawa, a indiqué “il nous viser tout ce qui bouge. Si nous ne devions dépendre que des services cellulaires classiques, il ne nous sera pas possible de croître à l’avenir”. Tablant sur 23,3 millions d’abonnés à la fin mars, soit 57 % du marché, NTT DoCoMo estime que le marché japonais pourrait représenter d’ici à 2005, 360 millions d’abonnés. Sur ce total, la téléphonie mobile classique ne représenterait qu’un tiers, soit tout de même un abonnement par Japonais. Les autres abonnements seraient souscrits pour les voitures (100 millions), les vélos (60 millions), les ordinateurs portables (50 millions), les animaux domestiques (20 millions), les bateaux, motos et automates de ventes (10 millions). Pour justifier la souscription d’un contrat pour les chiens, Keji Tachikawa explique “en fonction de la manière dont votre chien aboie, vous serez en mesure de dire s’il se trouve en danger”. Ayant enregistré dans le passé des taux de croissance de plus de 100 %, le portefeuille d’abonnés de NTT DoCoMo ne devrait croître cette année que de 30 %. (Stratégies Télécoms & Multimédia 10 au 17/12/1998)