entend tripler en 1998 son chiffre d'affaires. La libéralisation du marché des télécoms l'an prochain devrait permettre à Western Telecom, société française spécialisée dans la fourniture de service...

entend tripler en 1998 son chiffre d'affaires. La libéralisation du marché des télécoms l'an prochain devrait permettre à Western Telecom, société française spécialisée dans la fourniture de services de télécommunications longue distance et internationaux fondée en 1995, d'afficher une forte progression de son activité. La fusion-acquisition de DirectOnline devrait aboutir dans les prochains mois. De plus, pour mettre fin à sa collaboration avec BT, allié désormais de Cegetel, la société recherche un "partenaire privilégié". Des partenariats ont déjà été conclus avec le canadien Teleglobe, ainsi qu'avec Siris pour le routage d'une partie de ses communications et avec Colt Telecommunications France pour la "boucle locale". Qualifiant sa société "d'opérateur de services", Edmond Cohen son PDG précise "Nous ne sommes ni des opérateurs d'infrastructures, ni des discounters". Ayant déposé cet été une demande de licence d'opérateur (type L34.1), la société compte aujourd'hui 2 600 entreprises clientes pour un volume de communications par mois de 2,5 millions de minutes. Devant vraisemblablement terminer l'année 1997 par un chiffre d'affaires de 40 millions de F, Western Telecom espère atteindre en 1998 entre 120 et 130 millions de F. DirectLine devrait, quant à elle, réaliser en 1997 un chiffre d'affaires d'environ 12 millions de F. (Les Echos - 08/12/1997)