Philips vient d'annoncer l'implantation à Montrouge (Hauts-de-Seine), d'un centre de recherche et de développement, présenté comme une extension de celui du Mans (Sarthe). Opérationnel l'été proch...

Philips vient d'annoncer l'implantation à Montrouge (Hauts-de-Seine), d'un centre de recherche et de développement, présenté comme une extension de celui du Mans (Sarthe). Opérationnel l'été prochain, ce site ouvert par la filiale Philips Consumer Communications (PCC) travaillera sur les téléphones mobiles du futur : évolution de la génération actuelle GSM et nouvelle génération UMTS. Les logiciels embarqués et le multimédia seront étudiés en particulier. 200 personnes seront embauchées pour la R&D de PCC entre Montrouge et Le Mans. En 1999, Le Mans a produit 1,5 million de téléphones aux normes GSM (cellulaire) et DECT (sans fil). D'ici à la fin 2000, ces derniers seront sous-traités à l'américain Solectron. En 1999, Philips a produit 9 millions de téléphones mobiles, soit une progression de 70 %. Alors que Philips revendique une part du marché mondial du GSM de 6 %, soit la 6è place, Dataquest crédite la société d'une part de 3,3 %, soit la 9è place. L'objectif est d'atteindre 8,5 % du marché GSM en 2000, avec 15 millions d'appareils vendus en Europe, plus 5 à 6 millions en Asie. Philips va lancer au printemps trois nouveaux terminaux et quatre au second semestre. Le WAP sera disponible en septembre, le GPRS au printemps 2001 et l'UMTS au second semestre 2002. (Christine Weissrock - Atelier Paribas 28/03/2000)