Après la signature d'une lettre d'intention avec Telecom Italia (voir la revue de presse du 01/12), Pirelli décide finalement de ne pas racheter Sirti, contrôlée à 49 % par l'opérateur italien, spéc...

Après la signature d'une lettre d'intention avec Telecom Italia (voir la revue de presse du 01/12), Pirelli décide finalement de ne pas racheter Sirti, contrôlée à 49 % par l'opérateur italien, spécialisée dans l'installation et la gestion de réseaux et de systèmes de télécommunications. Les deux groupes ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur une estimation des perspectives industrielles de la société. En effet, Telecom Italia souhaite abandonner le projet Socrate de câbler toute l'Italie avec des câbles de fibre optique en la substituant par une nouvelle technologie moins coûteuse (ADSL). Cet abandon aurait, selon Pirelli, des "effets négatifs" pour Sirti. (Les Echos - 01/04/1998)