Selon une nouvelle étude de chercheurs suédois de l'institut Karolynska de Stockholm, le téléphone portable ne provoque pas de tumeur au cerveau chez ses utilisateurs. Ces conclusions, plutôt ra...

Selon une nouvelle étude de chercheurs suédois de l'institut Karolynska de Stockholm, le téléphone portable ne provoque pas de tumeur au cerveau chez ses utilisateurs. Ces conclusions, plutôt rassurantes, sont issues d'un travail effectué sur 450 personnes. Il y a deux ans, une étude australienne avait semé le doute. En effet, des chercheurs avaient constaté une augmentation de 50 % de tumeurs au cerveau depuis 1982, date de l'arrivée du mobile dans ce pays. Il est difficile, bien entendu, de savoir qui croire. Une chose est certaine, si des risques existent, ils sont de tout façon extrêmement faibles. Chef du service rayonnement au Centre international de recherche sur le cancer à Lyon, Elisabeth Cardis, explique "même chez des personnes qui sont régulièrement exposées aux ondes des portables à cause de leur situation professionnelle, comme les opérateurs radars, les policiers, les études n'ont mas montré de risque certain". Toutefois, pour en avoir le coeur net, Elisabeth Cardis va lancer, d'ici à la fin de l'année, une enquête internationale à travers quinze pays, menée sur plusieurs milliers de personnes. Cette étude devra évaluer le risque du téléphone mobile sur trois types de cancers : celui du nerf acoustique, celui des glandes salivaires et certaines formes de cancer du cerveau. Ses résultats ne seront connus, si tout va bien, qu'en 2004. (Le Parisien - 11/05/1999)