Selon le dernier rapport de la Banque d’Angleterre la semaine dernière, ce sont 15 millions d’emplois qui pourraient être remplacés par des robots de l’autre côté de la Manche.

Les robots voleront-ils nos emplois?

Andy Haldane, le Directeur des Etudes Economiques de la Banque d’Angleterre, confirme qu’un tiers des emplois actuels du Royaume-Uni pourraient être réalisés par des robots dans un futur proche.

Certains secteurs sont cependant plus touchés que d’autres par cette menace selon le rapport. Les métiers commerciaux ou encore les services après-vente sont les premiers concernés peu avant ceux dans les loisirs. De manière plus globale, les métiers manuels nécessitant un savoir-faire précis comme les postes de coiffeur sont peu menacés, ceux-ci n’ont d’ailleurs que 33% de chance de voir leur emploi robotisé alors que la probabilité grimpe à 95% pour les comptables.

Malgré les récentes annonces d’applications qui permettraient de se substituer en partie à une thérapie chez le psychologue, cette profession peut être rassurée pour le moment puisqu’elle fait partir des dix filières les moins susceptibles de se robotiser. La théorie qui voudrait que l’humanité pourra bientôt être divisée en deux catégories: ceux qui possèdent des robots travaillant pour eux et ceux qui travaillent pour des robots deviendra-t-elle un jour réalité?

 

 
Rédigé par Constance Guyon
Journaliste / attachée de production