SFR (né en 1986) et Bouygues Télécom (en 1994) ont déjà créé respectivement 2 200 emplois (à fin 1997) et 3 200 postes (début mars 1998). Les effectifs de Bouygues Télécom devraient se stabiliser fi...

SFR (né en 1986) et Bouygues Télécom (en 1994) ont déjà créé respectivement 2 200 emplois (à fin 1997) et 3 200 postes (début mars 1998). Les effectifs de Bouygues Télécom devraient se stabiliser fin 1998 aux alentours de 4 000 salariés. Durant les prochaines années, ce phénomène devrait s'accélérer. Selon l'ART, au vu des dossiers déposés pour l'obtention de licences d'opérateur, 7 000 emplois pourraient être créés dans les cinq ans à venir. Sans SFR et TD, Cegetel compte déjà 2 300 salariés. Cette année, elle devrait recruter plus de 2 500 nouveaux employés. France Télécom continue aussi d'embaucher. Ayant recruté 3 000 personnes en 1997, l'opérateur public prévoit l'embauche cette année de 1 900 nouveaux salariés. Grâce à l'explosion des mobiles, les équipementiers de télécommunications ont vu aussi leurs effectifs croître de 4 % en 1996. Selon le Gitep, le syndicat professionnel, les effectifs ont continué de progresser en 1997 de 1 à 3 %. Toutefois, ceux-ci pourraient stagner en 1998. En outre, on a vu apparaître de nouveaux métiers, comme celui des SCS qui ont créé en quelques années 1 500 emplois. (La Tribune - 12/03/1998)