L'attribution des cinq nouvelles licences de téléphone mobile de troisième génération (UMTS) qui seront mises aux enchères sur le marché britannique en mars 2000 suscite bien des convoitises. Ap...

L'attribution des cinq nouvelles licences de téléphone mobile de troisième génération (UMTS) qui seront mises aux enchères sur le marché britannique en mars 2000 suscite bien des convoitises. Après BT, Vodafone, Orange et One-2-One, le câblo-opérateur NTL, détenu à 25 % par France Télécom vient d'annoncer son intention de se porter candidat à une licence UMTS. Pour leur part, Siemens et NEC, ont annoncé la création d'une société commune, baptisée Mobisphere, détenue à 51 % par Siemens et 49 % par NEC, dédiée exclusivement au nouveau standard UMTS. Les deux groupes vont investir ensemble 1 milliard d'euros sur dix ans dans le développement d'infrastructures communes dédiées au standard UMTS. Le marché britannique de l'UMTS, dont le début de commercialisation est prévu pour 2002, devrait être l'un des premiers en Europe, après la Finlande. Estimant que le volume des communications mobiles va augmenter de 70 % au cours des cinq prochaines années, Siemens entend jouer un rôle important sur le marché des infrastructures. (Christine Weissrock - Atelier Paribas)