s'appelle Wind. (voir aussi les revues de presse du 26/11 et du 01/12). Wind est détenue à 51 % par Enel et à 24,5 % chacun par France Télécom et Deutsche Telekom. Chacun des trois partenaires est p...

s'appelle Wind. (voir aussi les revues de presse du 26/11 et du 01/12). Wind est détenue à 51 % par Enel et à 24,5 % chacun par France Télécom et Deutsche Telekom. Chacun des trois partenaires est prêt à diminuer sa part pour accueillir Sprint, leur allié américain. Non seulement Wind va demander une licence pour concurrencer sur le marché du téléphone fixe Telecom Italia, mais la société va également participer aux enchères pour l'attribution du 3è réseau de téléphones mobiles. D'ici 2007, Wind espère 8 millions de clients et 34 milliards de chiffre d'affaires. Voulant détenir 20 % du marché italien de la téléphonie fixe et 15 % de celui du téléphone mobile, Wind mise sur l'innovation et la qualité de service. Du reste Michel Bon a affirmé "notre aventure en Italie est plus une histoire de croissance que de bataille. La concurrence augmente le marché. Wind va mettre l'accent sur la convergence entre le téléphone fixe et le téléphone mobile. L'Italie, le pays où le téléphone mobile est très développé est le meilleur terrain pour développer cette convergence". (Les Echos - Le Figaro - La Tribune - L'Agefi - 02/12/1997)