l'américain MCI. Alors que cette décision devait être prise aujourd'hui lors du conseil d'administration, elle a été repoussée au 25 février. En avril dernier, Telefonica avait signé à Madrid un a...

l'américain MCI. Alors que cette décision devait être prise aujourd'hui lors du conseil d'administration, elle a été repoussée au 25 février. En avril dernier, Telefonica avait signé à Madrid un accord stratégique avec BT et MCI au sein de l'alliance internationale Concert. L'échange de participations prévu dans cet accord ne s'est jamais produit. Il s'agit pour Telefonica d'effectuer un choix entre deux zones géographiques. L'alliance avec WorldCom/MCI permettrait à Telefonica de renforcer sa présence au-delà de l'Altantique en ajoutant le faisceau de télécommunications Nord-Sud du continent américain qu'incarne MCI. Pour Telefonica, il s'agit là de sa grande priorité, à condition toutefois que WorldCom manifeste le même enthousiasme latino-américain. Or, s'apprêtant à partir à l'assaut du Brésil, le plus important marché de la zone, Telefonica ne peut se permettre d'attendre (la fusion WorldCom/MCI ne devrait être approuvée que le 11 mars) ayant besoin d'un allié solide immédiatement . Les avantages de l'alliance avec BT se centrent en revanche en Europe. Telefonica risque effectivement de s'y retrouver sans aucun allié depuis sa rupture en décembre avec Unisource. Possédant une filiale espagnole, détenant 15,8 % du capital d'Airtel, le premier concurrent de Telefonica, BT risque de lui faire concurrence sur son propre marché. Pour Telefonica, le choix s'avère difficile. (La Tribune - 18/02/1998)