Les pays du nord de l'Europe ont été des précurseurs dans l'adoption des nouvelles technologies. La téléphonie mobile n'a pas échappé à cette règle : en Finlande, en Suède (100,1 % de taux de...

Les pays du nord de l'Europe ont été des précurseurs dans l'adoption des nouvelles technologies. La téléphonie mobile n'a pas échappé à cette règle : en Finlande, en Suède (100,1 % de taux de pénétration en juillet 2004, soit plus d'un téléphone par habitant), les opérateurs font face à des marchés matures, parfois proches de la saturation.

C'est le cas de TeliaSonera, né du rachat par le Suédois Telia du Finlandais Sonera, qui cherche donc des opportunités à l'étranger. En Estonie par exemple, où il est monté dans le capital de m'opérateur Eestio Telekom à hauteur de plus de 50 %. Aujourd'hui, l'opérateur nordique voit plus loin. C'est vers la Turquie qu'il a choisi de s'orienter.

Vendredi, le groupe a annoncé qu'il faisait passer sa participation dans l'opérateur turc Turkcell (23 millions d'abonnés dans le pays) de 37 à 64,3 % . Montant de l'opération : 3,1 milliards d'euros, pour une opération qui valorise sa cible à 11,5 milliards d'euros , en hausse de 15 % par rapport au montant de son action à la clôture de la bourse new-yorkaise jeudi soir.

(Atelier groupe BNP Paribas - 25/03/2005)