Life @ work

Comment transformer l'avenir de l'éducation ?

  • 27 Juin
    2018
  • 2 min

C'est un expert de l'éducation qui a ouvert la conférence USI le 25 juin dernier. Sir Ken Robinson a dénoncé un système éducatif contre nature, qui ne respecte pas l'intelligence humaine : variée, singulière et créative.

Sur la scène d'USI (Unexpected Sources Of Inspiration), qui avait pris ses quartiers au Carrousel du Louvre les 25 et 26 juin derniers, Sir Ken Robinson, référence mondiale en matière d'éducation, a manié, non sans humour, le sujet de l'éducation et de l'absurdité du modèle qui la régit. « Nous n'avons pas eu besoin d'aller à l'école pour apprendre le langage », clame l'expert. Contrairement à l'apprentissage, qui est la chose la plus naturelle du monde, le système éducatif ne respecte pas la nature singulière, variée, créative et dynamique de l'intelligence humaine. « Chaque enfant est unique mais l'école les standardise. Cela ne marche plus. Nos écoles devraient s'appuyer davantage sur la créativité et la diversité. » L'école prône l'apprentissage des matières académiques « utiles » au détriment des matières artistiques. Nous devons impérativement revoir notre conception de l'intelligence : « Le modèle éducatif est basé sur les compétences académiques, la conformité et la linéarité, alors que la vie humaine est organique. Concevoir l'intelligence humaine à travers le seul prisme des compétences académiques est une vision étriquée. » Et puis, poursuit-il, la connaissance ne doit être un monologue dispensé entre le sachant et l'apprenant, entre le professeur et l'écolier, mais doit être abordée collectivement. Aussi, « Wikipédia est la plus belle démonstration de connaissance collective », conclut-il. Selon lui, la société doit urgemment revoir sa façon d'enseigner. Un professeur ne devrait ainsi pas avoir peur de dire « je ne sais pas, et toi qu'en penses-tu ? ». C'est pourtant une caractéristique propre à l'enfance – oser dire que l'on ne sait pas, ne pas avoir peur de se tromper – qu'il ne faudrait plus que l'école gâche et annihile. Tout comme il ne faudrait plus que l'école gaspille la nature créative des enfants. Au contraire, il faut redonner la part belle à la créativité, aux matières artistiques enseignées à l'école. Picasso disait : « Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant. » À méditer...

Rédigé par Oriane Esposito